Les cadres… quelle époque, quelle livrée, quels wagons.

Cadres, containers, caisses mobiles, conteneurs…. Quelle différence ? Aucune… Juste une dénomination qui a évolué au cours des années.

Ayant trop vu sur les foras ou dans les salons les mauvais cadres aux mauvaises couleurs sur les mauvais wagons, nous allons essayer dans cet article de déblayer un peu le sujet pour vous permettre d’optimiser un petit peu leur utilisation sur votre réseau. En effet, autant essayer de vous faire profiter des recherches que j’ai faites avant de (commencer à) proposer une gamme de cadres…

Tout d’abord quelques généralités sur les cadres.

Très rapidement, avec le développement des différents moyens de transport (ferré, routier, fluvial et maritime), le transport multimodal a pris son essor et le besoin de contenants limitant les manutentions s’est fait sentir.

Dès le milieu des années 1910 les caisses déménageur ont commencé à être utilisées, mais ce n’est qu’à partir du début des années 1920 que l’utilisation de conteneurs a commencé à se généraliser… aux Etats-Unis tout du moins.

Il a fallu attendre jusqu’en 1932 pour que les compagnies de chemins de fer françaises commencent réellement à s’intéresser aux cadres. Dès lors la construction d’un important parc de caisses mobiles et d’installations de transbordement a été décidé. 

Dans un premier temps chaque transporteur, chaque compagnie a développé son propre matériel, mais rapidement des cadres standardisés ont été développés et généralisés, tout d’abord par l’OCEM à partir des années 30, puis par la DEV à partir des années 50, et enfin par la CNC dès les années 70.

Ces différentes familles de cadre se sont non seulement succédé, mais ont également pour certaines cohabité sur certaines périodes. Les décorations de ces cadres ont également évolué au fil des années, jusqu’à la réforme des derniers cadres à la fin des années 2000, définitivement remplacés par les conteneurs standardisés ISO de 10, 20, et 40 pieds principalement.

Nous allons essayer de synthétiser cela par la suite sous la forme de tableaux.

Les dénominations des cadres

Avant que les cadres ne passent intégralement aux mains de la CNC au courant des années 70, donc temps qu’ils étaient gérés par la SNCF, l’immatriculation des conteneurs était fonction de plusieurs paramètres :

  • Les portes situées sur les faces perpendiculaires aux longrines d’appui : a
  • Les portes situées sur les faces parallèles aux longrines d’appui : b
  • Les portes situées sur la face inférieure du cadre : i
  • Les longrines évidées pour la manutention par chariots élévateurs : l
  • Les containers conçus pour le transport maritime : m
  • Les portes situées sur la face supérieure du cadre : s

Les chiffres en exposant dans ces immatriculations indiquant le nombre d’ouvertures.

De même les cadres étaient classés dans 4 catégories distinctes en fonction de leur taille :

  • 32 : de surface au sol d’environ 1,05 x 2,1 m
  • 52 : de surface au sol d’environ 2,1 x 2,1 m
  • 72 : de surface au sol d’environ 3,2 x 2,1 m
  • 102 : de surface au sol d’environ 4,3 x 2,1 m

Ainsi, un conteneur de type abl 32 était un cadre de surface au sol d’environ 1,05 x 2,1 m, muni de longrines évidées permettant la manutention par chariots élévateurs, et possédant une porte sur une face frontale et une porte sur un face latérale.

Une fois les cadres repris intégralement par la CNC au milieu des années 70, leur dénomination a changé, comprenant en premier une ou plusieurs lettres :

  • C : conteneur (hauteur hors tout environ 2,3m)
  • MK : maxi cadre (hauteur hors tout environ 2,6m)
  • MKB : maxi cadre bâché (hauteur hors tout environ 2,60)

Ces lettres étant suivies par un nombre correspondant au volume utile arrondi en m3 près du cadre.

Ainsi, un cadre de type C12 était un conteneur de hauteur hors tout 2,3m, et de volume utile 12m3; un MK70 un maxi cadre de volume utile 70m3, etc…

Quelle époque, quel modèle de cadre

Concernant la première famille, les cadres OCEM 1933, 1934, 1935, 1936, et 1939 à toit arrondi j’ai choisi de ne reproduire que les cadres de type OCEM 1936 car en possédant les plans constructeurs. Les différences avec les cadres OCEM 1944, 1934, 1935, et 1939 étant cependant minimes et imperceptibles à l’échelle N. Il en est de même pour les cadres OCEM 1950, 1951, et 1953 d’une part, et pour les cadres DEV 1953 et 1955.

Je reviendrai cependant plus en détail sur les conteneurs CNC dans un sujet qui leur sera consacré. Le sujet est vaste, d’autant plus qu’il y a eu de nombreuses déclinaisons de ces conteneurs au fil des années, leur volume utile également ne cessant d’augmenter.

Il sera d’ailleurs, dans ce prochain article consacré à la CNC, aussi question des conteneurs DEV puisque ceux-ci ont été intégrés au parc de conteneur de la CNC dans les années 1970.

Quelle époque, quelle livrée

Il va de soit que pour la première ligne, la décoration n’est valable qu’à partir de la création de la SNCF, à savoir 1938.

Quels wagons

Là aussi on voit sur les réseaux un peu tout et n’importe quoi. L’essentiel dans le modélisme reste quoi qu’il en soit de se faire plaisir, mais il est néanmoins assez facile de coordonner cadres et wagons les transportant. Il suffit de comparer le tableau suivant reprenant les périodes d’utilisation massive des principaux types de wagons utilisés pour le transport des cadres, et les tableaux ci-dessus concernant les périodes d’utilisation des différents cadres, et les périodes correspondant aux différentes livrées ayant connu les cadres :

Les plats TP ont été reproduits par Fleischmann à notre échelle, leurs versions modernisées par TJ-Modeles.
Les plats OCEM 19 sont actuellement en projet chez TJ-Modeles et les versions définitives des kits doivent être présentés au salon SavoieModélisme 2021.
Les plats OCEM 29 ont été reproduits par R3M et TJ-Modeles.
Les plats standard court et long n’ont à ce jour intéressé aucun fabricant.
Les plats à essieux de type K5 ont été reproduits par Fleischmann, son dérivé le plat de type L5 n’a pas encore été reproduit à l’échelle N.
Les plats longs à bogies de type Res ont été reproduits par Minitrix et Fleischmann.
Les plats porte-conteneurs à essieux de type L5 n’ont à ce jour intéressé aucun fabricant.

J’espère que cela vous aidera dans le choix des cadres, de leurs décorations, et des wagons sur lesquels vous les les chargez.
Il est tout à fait possible qu’il y ai quelque incohérences à corriger, ou quelques compléments à apporter, cette modeste étude étant autant le résultat de documents que j’ai pu récupérer, que de l’observation de photos datées que j’ai pu trouver. Je vous serai donc reconnaissant de me faire part des points qui d’après les infos en votre possession peuvent être corrigés/complémentés.

Ce contenu a été publié dans Cadres et conteneurs, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.