Montage du Y 2400 (partie 1)

Annoncé depuis bien trop longtemps, ce projet lui aussi voit le bout du tunnel arriver.

Les derniers mois ont été en grande partie monopolisés par la recherche d’un nouveau sous-traitant capable de produire avec la bonne qualité et pour un coût raisonnable des vitrages en PETG fraisé d’épaisseur 1mm.
Voilà qui est chose faite avec une entreprise située à deux rues de mon travail principal et une livraison des vitrages prévue dans les prochaines semaines.

Les décodeurs devant aussi arriver d’ici la fin du mois de septembre 2021, une livraison des kits est acquise avant la fin de l’année 2021, en espérant pouvoir les livrer pour l’exposition Savoie Modélisme; le restant des pièces étant déjà en stock.

Il est donc temps de vous exposer ici les étapes du montage, en commençant par le châssis.
Comme vous pourrez le voir, j’ai essayé de faire en sorte qu’il n’y ai rien de bien compliqué dans ce montage. Seules 2 soudures (pour qui ne souhaite pas mettre en place des feux fonctionnels) et quelques points de colle sont indispensables au montage de l’ensemble du locotracteur ! L’objectif était en effet de rendre ce montage accessible au plus grand nombre !

Le châssis du Y 2400 et donc constitué des pièces suivante :

– un moteur Brushless type MB-612
– un corps de châssis, une fermeture de châssis, et un support de lests en impression 3D
– 4 roues en acier décolleté brunies chimiquement
– 2 pignons moteurs en delrin
– 2 pignons de transmission de 13 dents en laiton
– 1 pignon de transmission de 11 dents en laiton
– 1 vis sans fin en laiton
– 3 axes pour les pignons de transmission
– 1 platine photodécoupée en laiton comprenant les deux lamelles de prise de courant
– 1 décodeur CTelektronik DCX65
– en ce qui me concerne, de la pâte de tungstène pour réaliser les lests (le matériau pour la réalisation des lests : pâte de tungstène ou billes de plomb) sera à la discrétion des clients.

La première étape sera la mise en place de la pignonnerie de transmission dans le corps du châssis. Il pourra être utile de repasser les trous de passage des axes avec un forêt de 2mm de diamètre.
Le pignon de 11 dents devant être encadré par les 2 pignons de 13 dents. Les axes étant naturellement emmanchés serrés dans le corps du châssis et les pignons libres sur les axes :

On soudera ensuite sur les lamelles de prise de courant que l’on aura au préalable dégrappées et ébavurées les fils d’alimentation. On pourra tout simplement couper à leur moitié les fils d’alimentation du décodeur (qui sont bien trop longs pour notre locotracteur).
On fera bien attention à les faire partir de biais de manière symétrique comme sur la photo suivante :

On emmanchera également les roues et les pignons moteurs en delrin, là aussi l’emmanchement est serré donc on n’a pas besoin de colle ou autre :

On pourra alors mettre en place les lames de prise de courant en les enfichant sur les tétons prévus sur le corps de châssis, et en bloquant les fils d’alimentation dans les deux rainures prévues dans le corps.
On mettre en place les essieux moteurs, et on pourra fermer le corps de châssis avec la fermeture en impression 3D :

Vue de côté.
Vue de dessous
Vue de dessus

A ce stade, le roulement du châssis devra se faire facilement et sans à-coups en le poussant avec le doigt.
Au besoin il pourra être nécessaire de procéder à un léger ajustement des diamètres des passages des essieux à la lime fine ronde.

On poursuivra en mettant en place de la vis sans fin sur l’axe moteur :

Et on mettra en place le moteur dans le châssis, en faisant bien attention que pignon de transmission et vis sans fin soient engrenés :

Vue de dessus
Vue de côté

On pourra alors mettre en place les lest dans le support en impression 3D. De la pâte de tungstène en ce qui me concerne, bien plus dense que du plomb, pâte que l’on trouve dans tous les magasins d’articles de pèche.
On pourra aussi choisir des billes de plomb, en faisant bien attention au type de colle choisi pour les coller (absolument éviter toute colle pouvant contenir de l’eau…) si on ne veut pas avoir des soucis de gonflement des billes de plomb à moyen terme.

Puis on pourra mettre en place se support de lests sur la châssis dans les encoches prévues à cet effet. On fera attention à son orientation, la grande poche devant se trouver du côté opposé au moteur (arrière du locotracteur) :

… à suivre très bientôt avec la mise en place du décodeur et la préparation de l’habillage du châssis.

Ce contenu a été publié dans Matériel moteur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.