Montage du Y2400 (4ème et dernière partie)

A l’issue de la 3ème partie du montage, on avait obtenu un châssis décoré et fonctionnel. il est donc temps de se lancer dans le montage du chaudron, sa mise en place sur le châssis, et les finitions de ce locotracteur

On partira donc du chaudron en impression 3D que l’on va équiper d’une partie de ses détails avant de le mettre en peinture:

On commencera par mettre en place les anneaux de levage issus de la platine en maillechort photogravé dans les trous prévus sur le dessus du grand capot :

On mettra ensuite en place, toujours dans les trous prévus dans le chaudron en impression 3D, la protection de la grille frontale du grand capot, après en voir plié les pattes à 90° (1/2 gravure à l’intérieur des plis):

Puis on collera sur, centrées sur les supports prévus sur les faces avant et arrière de la cabine les plaque support des panneaux indiquant les dangers d’électrisation liés à la présence de caténaire :

On pourra après cette étape passer à la mise en peinture du chaudron, appliquant dans un premier temps, après l’avoir dégraissé, une couche d’apprêt, puis en le peignant en vert SNCF 301.
On pourra en profiter pour peindre également dans la même couleur les mains courantes des capots présentes sur la platine photogravée, ainsi qu’en gris 807 (si ça ‘na pas été fait en même temps que l’habillage du châssis) les rambardes des passerelles latérales présentes sur la même platine tout comme les trompes en impression 3D (même si il n’en faut qu’une…)

Une fois cette peinture bien sèche, on pourra commencer la mise en place des décalcomanies, en commençant par les bandes de visibilité jaunes sur la face avant et arrières de la cabine que l’ion plaquera bien sur la cabine en appliquant autant de fois que nécessaire du ramollissant type Microscale Micro Sol; ainsi que les panneaux de danger caténaire:

On pourra ensuite procéder à la mise en place des bandes de visibilité sur les flancs du petit capot, toujours en appliquant autant de fois que nécessaire du ramollissant type Microscale Micro Sol afin de bien leur faire épouser les arrondis.

On pourra enfin finir les décas sur le petit capot en apposant les bandes sur son extrémité. Là encore en appliquant autant de fois que nécessaire du ramollissant type Microscale Micro Sol :

On s’attaquera ensuite au grand capot, en commençant par la bande de visibilité supérieure qu’il faudra également bien mettre en forme en appliquant autant de fois que nécessaire du ramollissant type Microscale Micro Sol. On pourra la positionné en partant d’une face latérale du grand capot et en se guidant du décroché présent sur la face, ainsi que des trous de fixation des mains courantes pour la positionner.

On finira le grand capot en mettant en place les bandes de visibilité inférieures ainsi que les petites bandes verticales sur la face avant, en les positionnant bien par rapport aux bandes déjà en place :

Et les derniers décals à mettre en place sont les décals latéraux des cabines (il y en a deux versions sur la planche de décalcomanies avec des marquages différents, il faudra choisir les deux mais je ne peux vous aider tant je n’ai pas trouvé de logique d’époque ou autre suivant les photos du locotracteur que j’ai eues entre les mains):

On mettra ensuite les vitrage en PETG fraisé dans la cabine en commençant par les faces avant et arrière de la cabine, puis en mettant en place les vitrages latéraux. Il pourra être nécessaire d’en limer un peu les contour pour les ajuster.
Avant :

Après :

Il sera alors temps de mettre en place les mains courantes sur le capots. D’abord en extrémité du petit capot, on en profitera également pour mettre en place les mains montoirs à l’arrière des cabines :

Pour sur les côtés et l’extrémité du grand capot :

La trompe sera mise en place sur le toit :

On collera en place les encadrements des vitres latérales de la cabine après les avoir peints en gris métallisé (je les ai peints au feutre « POSCA » à pointe très fine, très utile par ailleurs pour refaire les encadrements de baies de voitures voyageurs):

La dernière étape sur le chaudron sera la mise en place des plaques sur la cabine, après en les avoir peintes en rouge puis en ayant « gratté » le surplus sur de la toile de verre de carrossier:

Le chaudron étant fini, il est maintenant temps de le mettre en place sur le châssis…
Il faudra le glisser par le dessus sur le châssis, le lest rentrant dans la cabine. Le décodeur doit être placé dans la cabine, ses fils « sortant » de part et d’autre par les rainures présentes sur le dessus du lest. Les fils devront courir le long du moteur, de chaque côté, environ à 1h30 et 10h30 par rapport au moteur. Les raccordements entre les fils seront logés en extrémité du grand capot, dans la place libre au bout du moteur.
Il faudra s’armer d’un peu de patience pour mettre bien en place les fils électriques en s’aidant de pinces brucelles fines jusqu’à ce que le chaudron soit bien en place sur le châssis:

On fois la caisse bien en place et après avoir vérifié le bon fonctionnement du locotracteur, on pourra passer à son détaillage.
On commencera par mettre en place les mains courantes au dessus des feux, en les positionnant dans les trous prévus sur le dessus de la traverse :

Puis on mettra en place sous les tampons les mains d’atteleur :

On mettra en place les câblots de frein (seulement sur les traverses sans attelage normalisé, après en avoir replié à 180° (1/2 gravure à l’extérieur du pli) le levier de commande de leur robinet de coupure :

On fera de même avec les reproductions d’attelage (complètes pour les traverses complètes, uniquement les crochets pour les traverses avec attelage normalisé) après les voir également repliées à 180° :

on pourra alors peindre au pinceau les attelages et câblots de frein en noir :

Et on finira le montage en mettant en place les rambardes latérales, on les fixera sur les passerelles avec un simple point de Micro Kristal Klear (il faut que ce soir réversible en cas de besoin de démontage du locotracteur pour une éventuelle maintenance) :

Et voilà, le montage du locotracteur est fini, il peut (comme le modèle réel) prendre son service et assurer des petites manœuvres et des dessertes d’embranchement particulier avec 2 ou 3 wagons

Ce contenu a été publié dans Matériel moteur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.